Siège social à Chassieu

Comment choisir une balance ?

POURQUOI ACHETER UNE BALANCE ARPEGE MASTER K ?

Cher Client,

Avec Internet, l’offre de matériel de balances est devenue non seulement illisible mais très hasardeuse sur le plan réglementaire.

En choisissant les produits de notre catalogue, vous avez la garantie d’un grand constructeur national qui dispose des agréments légaux et des certifications nécessaires, de ses propres bureaux d’études et de moyens de production en Europe et en Asie pour rester à la pointe de la performance et de la qualité avec des prix compétitifs.

Notre entreprise et son réseau de revendeurs indépendants, parmi les plus compétents, vous donne l’assurance, en plus du conseil personnalisé, de pouvoir toujours être en règle sur le plan légal avec un matériel qui peut être dépanné et contrôlé sur site pour la métropole et les Dom Tom.

En choisissant ARPEGE MASTER K, vous disposez du meilleur produit disponible sur stock en France au meilleur rapport qualité/prix pour l’usage que vous lui destinez.

Merci de votre confiance


TERMINOLOGIE ET INFORMATIONS PRATIQUES POUR GUIDER VOTRE CHOIX

BALANCE
Etymologie : du latin bis « deux fois » et lanx « plat » pour plateau.
Définition moderne : instrument qui sert à peser et par extension tout appareil servant à peser.

LES QUALITES D'UNE BALANCE
Comme pour tous les instruments de mesure, elles sont au nombre de trois : 1) la fidélité, 2) la sensibilité et 3) la justesse auxquelles il faut rajouter une quatrième particulière, 4) l'insensibilité aux excentrations de charge.
La norme européenne qui régit les caractéristiques et les performances exigées pour les instruments de pesage destinés aux transactions commerciales s’appelle EN 45 501.

Terminologie balance

COMMENT CHOISIR UNE BALANCE ?


1ère question à se poser : QUEL EST SON USAGE, RÉGLEMENTÉ OU NON ? (classe de précision)   CE

Usage réglementé signifie que cet instrument doit être classé en métrologie légale.
La métrologie légale est régie dans la communauté européenne (CE) par des directives et des règlements nationaux qui s’imposent aux constructeurs, revendeurs et utilisateurs sous forme de lois pour garantir la qualité des instruments de mesures.
D’après la directive européenne UE 90/384/CEE, les balances encore appelées « instruments de pesage à fonctionnement non automatique » doivent être en usage réglementé pour les utilisations suivantes :

a) la détermination d’un poids pour les transactions commerciales,
b) la détermination du poids pour la fabrication des médicaments et lors des analyses effectuées dans les laboratoires médicaux ou pharmaceutiques,
c) la détermination d’un poids pour l’application d’une législation ou d’une réglementation,
d) pour le pesage de marchandises préemballées.

Usage non réglementé, dans ce cas les constructeurs de pesage ont inventé la notion de « Hors Métrologie Légale » ou « HML » pour les applications n’étant pas incluses dans le champ de la réglementation.
Dans ce cas, le matériel proposé peut être similaire mais les caractéristiques métrologiques ne sont pas toujours garanties par une norme (EN 45 501), ni par la réglementation. Pour le matériel « low-cost », l’électronique et les capteurs sont de moins bonne qualité c'est-à-dire que leurs indications dérivent en température et ne tiennent pas les tolérances exigés par la métrologie légale.
La métrologie légale impose des contrôles de l’instrument de pesage à trois stades :
1) au stade de la conception avec l’examen de type,
2) au stade de la fabrication avec la "vérification de conformité au type" (ou vérification primitive) des instruments qui se traduit par l’apposition du marquage CE,
3) au stade de l’utilisation avec le contrôle périodique des instruments en service. Ce contrôle est assuré en France par des organismes de vérification agréés par l’état qui apposent une vignette de validité sur les instruments en service.


2ème question à se poser : QUELLE EST LA PRECISION NECESSAIRE ? (classe de précision)

Une balance est caractérisée par :
Son étendue de pesage, c'est-à-dire sa portée maximale : c’est la valeur maximale de la charge qui peut être pesée et sa portée minimale le plus souvent 0 kg.

Sa classe de précision (3 possibilités) :

- la classe II ou précision fine (pesage de haute précision en laboratoires),
- la classe III ou précision moyenne (pesage utilisé pour les transactions commerciales),
- la classe IIII ou précision ordinaire (pesage domestique ou pesage ne nécessitant pas une bonne précision),
- la classe HML, rajoutée par les constructeurs et qui ne définit que ce que le constructeur veut bien garantir.

Chaque classe est définie par :
- son nombre d’échelons,
- la valeur de son échelon dont le symbole est « e ».

L'échelon est la différence entre 2 indications consécutives pour un indicateur numérique. Autrement dit, c'est la plus petite valeur que l'instrument est capable d'afficher lorsque la masse s'accroît.
Le nombre d’échelons est calculé en divisant la portée maximum de l’instrument par son échelon.
Prenons le cas d'un instrument de portée maximale 30 kg avec un échelon (e) de 10 g : cet instrument possède un nombre d’échelons de 30000/10 = 3000 échelons.

- sa plage de température : pour la classe II la plage est de +5 à +20°C. Pour les classes III et IIII la plage est de -10 à +40°C.


3ème question à se poser : QUEL SERA SON ENVIRONNEMENT ?

a) Quelle température ambiante courante ?
En métrologie légale la règle de température ambiante courante est : -10°C à +40 °C.

b) Quel moyen de lavage ?
Chiffon doux et humide (IP 40 à IP 54) ou nettoyeur haute pression (IP 66 ou IP 67).

c) Quel degré d’humidité ?
La classe de protection donnée sous forme de IP XX (indice de protection) l’indique :
- IP 40 pour du matériel en ambiance de bureau,
- IP 54 pour le matériel dans un environnement industriel légèrement poussiéreux,
- IP 65 pour du matériel dans un milieu humide risquant des projections d'eau,
- IP 66 ou IP 67 pour du matériel dans l’industrie alimentaire.

d) Y a-t-il des normes alimentaires ?
La qualité de l’inox du tablier est importante. Exigez de l’inox 316L pour usage alimentaire si le produit est en contact avec la balance.

e) Quelle alimentation électrique ?
Est-ce que le secteur 240 V est disponible ou dois-je utiliser des piles ou des batteries rechargeables ?

f) Quel est l’éclairage ambiant : Afficheur LED (diode de couleur rouge) visible dans l’obscurité ou afficheur LCD (cristaux liquides) nécessitant un bon éclairage ambiant.


4ème question à se poser : QUE FAIRE DU RESULTAT DE LA PESÉE ?

   1) L’imprimer :
L’impression sur ticket ou étiquette autocollante peut comporter différentes informations en fonction du logiciel et du clavier de l’indicateur électronique associé.

   2) Le transférer à un ordinateur :
Les indicateurs électroniques disposent en général d’une liaison série RS232 qui permet d'exporter les informations de poids vers un ordinateur. En métrologie légale un dispositif « Data Storage Device » ou « DSD » ou encore « mémoire alibi » est obligatoire. Il s'agit d'un dispositif de sauvegarde des données réglementé pour conserver dans la mémoire de l’indicateur une trace légale des données envoyées par l’indicateur à un ordinateur.

   3) Utiliser la fonction de comptage de pièces :
A partir de la connaissance du poids unitaire moyen d’une pièce, il est possible de déterminer le nombre de pièces contenues dans un lot.


Balances - Balance de Pesage - Balances de pesage industriel - Pesage Industriel - Bascules - Pont-bascule - Pesage Pont Bascule - Capteur - Capteurs de pesage
Capteur de compression - Capteur de Flexion - Capteur de Traction - Indicateur de poids - Indicateur de pesage - Transmetteur - transmetteur Pesage - Borne de Pesage
Borne d’accès - Répétiteur - Répétiteur pesage - Atex - Atex pesage - Atex Capteur - Pesage de silo - Pesage de trémie - Pesage de cuve - Contrôle de niveau - Dosage pesage